• Facebook
  • Twitter

Photo prise par un sympathisant.

A Hérouville Saint-clair, l’extrême gauche antifa gangrène la manifestation sociale des gilets jaunes. Des slogans et bannières bien loin des revendications légitimes que portaient le mouvement.

Le 23 Mars comme chaque samedi, les Gilets Jaunes défilaient dans les rues de France pour revendiquer, pouvoir d’achat, liberté, justice sociale et surtout R.I.C ; les revendications légitimes du peuple surtaxé et oublié, tantôt trahi par la droite, tantôt trahi par la gauche.
Un peuple qui, depuis trop longtemps, ne s’était pas réuni. C’est là que le mouvement avait gagné.
Réellement n’y de gauche, n’y de droite, le mouvement se voulait apolitique et ça marchait, grâce à leur volonté d’exclure la politique et les idéologies, le mouvement a rassemblé le plus grand nombre de Français. Alliant tout cela pour demander d’une même voie la même chose : vivre et non survivre.

Sans cette abstraction relativement bien respectée par les partis politiques, les Gilets Jaunes ne seraient plus depuis longtemps.

Durant 18 samedis, ils ont bravé le mauvais temps, la répression, les insultes…
Toujours autant rassemblés, toujours autant décidés à obtenir ce qui revient de droit au peuple Français. Les Gilets sont partout à la TV, sur les ronds points, à l’aide humanitaire, à vendre des pin’s, des portes clef. Au grand damne du gouvernement qui a tout fait pour les stopper, les Gilets jaunes se sont adaptés à chaque situation, chaque loi, chaque restriction de liberté.

Mais voilà, les antifa y ont vu un mouvement facile à infiltrer, eux qui lors de leurs manifestations ne sont guère plus d’une centaine, les GJ sont une aubaine pour cette frange de l’extrême gauche radicale.
Tous les GJ en ont entendu parler et subissent leurs actes, les AntiFa faisant la police de la pensée dans les manifestations Gilet Jaune, menacent les personnes qu’ils savent être des opposants, dans l’esprit contraire aux Gilets Jaunes.
Puis infiltrant les organisations, les marches et les actions, pour les tourner à leur convenance et les transformer en actions anti raciste, anti fasciste, bien loin des préoccupations des Gilets Jaunes, faisant mourir le mouvement à petit feu.
Les Gilets Jaune ne sont pas l’extrême gauche, ils étaient le peuple dans toute sa diversité.
L’extrême gauche « anti tout », encore une fois, a été le serviteur du pouvoir contre le peuple.
Après avoir parlé à de nombreux GJ durant cette manifestation du samedi, tous espéraient revenir à ce qui a fait le mouvement, les revendications, le pouvoir d’achat, la liberté, la justice social et surtout le R.I.C, des revendications légitimes du peuple toujours oublié après ces 19 semaines.

A qui tout cela profite ? Que sera l’avenir des GJ de Caen ?

Lequeux Bertrand.

Share This